Histoires : C'est le dernier de son espèce et son histoire bouleverse des millions de personnes

C'est le dernier de son espèce et son histoire bouleverse des millions de personnes

L'image montre toute la détresse d'une espèce qui va s'éteindre pour de bon.

Publié le par Ultra Mignon dans Histoires
Partager sur Facebook
570 570 Partages

Sudan est le dernier mâle de son espèce. Oui, le tout dernier. 

Quand il va mourir, il ne restera plus un seul rhinocéros blancs du Nord sur Terre. 

Le biologiste et activiste Daniel Schneider a partagé une photographie sur Twitter qui est devenue virale en quelques minutes seulement. 

L'image montre toute la détresse d'une espèce qui va s'éteindre pour de bon. 

Le rhinocéros a l'air tellement triste alors qu'il a la tête plongée dans le sol poussiéreux. Il semble conscient de son destin et de celui qui attend inévitablement son espèce. Il est le dernier mâle, le dernier survivant. 

«Vous voulez savoir à quoi ressemble le vrai visage de l'extinction ? Voici le tout dernier rhinocéros blanc du nord mâle. Le dernier. Il n'y en aura plus aucun autre», écrit Daniel Schneider sur Twitter.

Les rhinocéros blancs du Nord étaient pourtant nombreux il n'y a pas si longtemps. Ils étaient présents surtout au Soudan, au Tchad, en Centrafrique, au Congo, et dans l'Ouganda. Mais après des années de chasse et de braconnage, mais aussi des guerres, leur nombre a constamment diminué.

Il n'en existe plus que trois aujourd'hui: Sudan, ainsi que les deux dernières femelles qui vivent dans un zoo au Kenya. Elles ont été placées sous la protection de gardes armés. 

Mais pourquoi ne pas repeupler l'espèce avec les deux femelles, vous demandez-vous? 

Impossible: la première est sa fille, la seconde, sa petite-fille. 

Et puis, Sudan est beaucoup trop vieux maintenant. L'espérance de vie d'un rhinocéros blanc est d'environ 43 ans et Sudan est un vieillard de 44 ans. 

Des scientifiques tentent donc de développer un programme pour sauver le patrimoine génétique de l'animal en procédant à une fécondation in vitro à partir de la semence de Sudan. Ils pourraient alors féconder un ovule de l'une des deux dernières femelles ou d'une femelle de rhinocéros blanc du sud (la deuxième sous-espèce de rhinocéros blanc). 

Pour sensibiliser le grand public, on a créé un profil Tinder pour «aider Sudan à trouver l'âme sœur» dans l'espoir de récolter les 9 millions de dollars nécessaires pour tenter de sauver l'espèce. «Je ne voudrais pas trop me la jouer, mais le destin de mon espèce repose littéralement sur mes épaules», pouvait-on lire sur l'application de rencontres.

Partager sur Facebook
570 570 Partages

Source: Demotivateur
Crédit Photo: Capture d'écran

Aimez / Commenter