Histoires : Cet homme et cette femme adoptent un jeune garçon et quand ils rencontrent son frère aîné, ils décident de l'adopter aussi

Cet homme et cette femme adoptent un jeune garçon et quand ils rencontrent son frère aîné, ils décident de l'adopter aussi

Une histoire d'amour inconditionnelle

Publié le par Ultra Mignon dans Histoires
Partager sur Facebook
39 39 Partages

Voici l’histoire de Sara Cozad, 26 ans, de Washington et de son mari Stuart. Un couple aimant qui a su accueillir des enfants qui n’étaient pas les leurs, à la base.

Laissons-la la raconter elle-même…

J'avais 19 ans quand j'ai rencontré mon mari, Stuart. Environ 15 minutes après notre premier rendez-vous, il m'a demandé ce que je voulais faire de ma vie. Quelle était la carrière de mes rêves? Est-ce que je voulais des enfants? Où est-ce que je voulais voyager? Je lui ai dit que je ne savais pas vraiment ce que je voulais faire - même si je savais avec certitude que si je devais avoir des enfants dans ma vie, ce serait pour les aider.

Sara Cozad

Nous nous sommes mariés quelques années plus tard et avons passé notre lune de miel. Deux semaines après notre retour à la maison, nous avons décidé de commencer notre formation de parents d'accueil. Nous étions d'accord sur le fait que nous allions commencer par des soins d'urgence / de répit à court terme. Nous avions prévu de nous occuper de s bébés et de bambins. Je n'avais que 23 ans à l'époque et l'idée de m’occuper d’enfants plus âgés et d’adolescents semblait inconcevable. Une fois que nous avons obtenu un permis, nous avons immédiatement été appelés pour accueillir un bébé pendant une semaine. Ça s'est bien passé et nous avons adoré. Ensuite, on nous a demandé si nous pouvions accueillir un adorable enfant de 3 ans pour un week-end. Nous avons dit oui. Ce week-end s'est transformé en une semaine. Et cette semaine en mois. Et ces mois en années. Ce petit garçon est notre fils, Michael.

Krista Welch

Quelques mois après que Michael soit venu chez nous, nous avons accepté la visite de son frère. C’est là que nous avons rencontré Dayshawn pour la première fois. La deuxième fois que Michael a aperçu son frère de l'autre côté de la cour, il a couru de toutes ses forces et a sauté dans ses bras. C'est à cette seconde que Stuart et moi nous sommes regardés et nous avons vraiment compris l’importance pour Dayshawn et Michael d’être ensemble. Nous hésitions encore un peu à accueillir un enfant plus âgé. Il n’y a qu’une différence d’âge de 13 ans entre moi et Dayshawn. Mais à la seconde où j'ai commencé à lui parler, toutes mes peurs sont sorties de la fenêtre.

Krista Welch

Dayshawn brise tous les stéréotypes sur les adolescents en famille d'accueil. C’est la personne la plus empathique et compatissante que je connaisse. Il est un papillon social et fait sa mission personnelle d'accueillir chaque nouvel enfant qui vient à nous. Il travaille si dur à l'école et est tellement drôle. Il veut être joueur de basket-ball, médecin ou travailleur social quand il sera grand. Être sa mère est tellement naturel. Il ne semble même pas remarquer que je suis si jeune (ou il s'en moque). Pour lui, je ne suis que sa mère. Il était tellement excité lors de notre journée d'adoption. Ma partie préférée est quand il s'est senti obligé d'interrompre le juge pour expliquer exactement pourquoi il voulait être adopté (tant de larmes!)

Krista Welch

Nous sommes devenus parents d'accueil parce que nous voulions aider les familles de notre communauté. L’adoption n’était pas notre objectif principal, même si nous y étions ouverts si elle était disponible. Nous préconisons la réunification chaque fois que cela est possible. La meilleure partie de l’expérience est de voir les parents travailler énormément pour ramener leurs enfants. C'est un privilège de côtoyer ces parents tout au long de ce voyage et de pouvoir les soutenir de toutes les manières possibles. Nous avons hébergé 14 enfants, certains à long terme et certains en placements d’urgence. Les gens disent toujours: «Oh, je ne pourrais jamais être un parent d’accueil. Je serais trop attaché et ça ferait mal quand ils rentreraient à la maison. » Et c’est vrai. C'est difficile. Et je pleure chaque fois qu'un enfant part. Mais la réunification peut être une belle chose. Nous avons la chance d’avoir des relations étroites avec de nombreux parents de nos enfants en famille d’accueil. Notre relation avec ces enfants ne doit pas cesser simplement parce qu’ils rentrent chez eux.

Je pense que la partie la plus difficile de l’adoption de nos garçons a été la volte-face des émotions que nous avons vécues tout au long de leur très longue affaire. Nous voulions appuyer l’objectif de la réunification et nous nous préparerions mentalement à cela et, tout à coup, est venu le plan d’adoption. Et puis 6 mois plus tard, retour à la réunification. Ce processus a duré des années. Ce processus m'a vraiment fait comprendre que je devais m'asseoir et profiter de chaque moment avec nos garçons, car je n'avais vraiment aucun contrôle sur ce que l'avenir me réservait. Devenir un parent adoptif m'a donné le don de patience et de pouvoir vivre beaucoup plus facilement avec les défis qui se présentent à nous.

Krista Welch

Lors de notre processus d'adoption, on m'a demandé plusieurs fois si nous continuerions à être famille d’accueil maintenant quand nous aurions adopté nos garçons. Stuart et moi avons décidé que si nous continuons à héberger, nous allions devenir un foyer spécialisé pour les mères adolescentes, les adolescents victimes de trafic sexuel et/ou les jeunes LGBTQ +. Ce n’est pas parce que nous serions forcément des parents d’accueil mieux que les autres, mais parce qu’il est navrant que ces données démographiques sur les adolescents soient assises dans des bureaux de travailleurs sociaux ou des abris pendant des SEMAINES (voire des mois). Nous venons d’accueillir un nouveau garçon de 14 ans, il ya deux semaines, et c’est tellement amusant de le connaître.

Le placement en famille n’est pas facile, mais je peux vous garantir que ce sera la meilleure chose à faire.

Krista Welch

La citation «Il vaut mieux avoir aimé et perdu que de ne jamais avoir aimé du tout» (Alfred Tennyson) résonne au plus profond de mon cœur. J'ai eu le privilège de tomber amoureuse encore et encore et encore et encore (14 fois, pour être exacte!). Avec le placement en famille d'accueil, les hauts sont si incroyablement élevés et les bas peuvent être si bas. Ce n'est jamais ennuyeux. Mais j'aime cette vie. J'aime être une maman. J'aime prendre soin des enfants de notre communauté, que ce soit pour la nuit ou pour la vie. J'adore pouvoir soutenir les familles et pleurer de joie ou de tristesse. Quand une mère récupère son enfant. Je ne peux pas imaginer ne jamais vivre cette vie.  

Krista Welch

Quelle superbe histoire d’amour inconditionnel et de don se soi! C’est vraiment touchant et inspirant!

Partager sur Facebook
39 39 Partages
Aimez / Commenter