Histoires : Dix ans après sa mort, les proches de Sophie Elliot continuent à se battre pour elle

Dix ans après sa mort, les proches de Sophie Elliot continuent à se battre pour elle

Toute l'histoire ici...

Publié le par Ultra Mignon dans Histoires
Partager sur Facebook
83 83 Partages

Il est souvent difficile de se remettre de la mort violente d'un proche, parfois même des années après le drame.

Le site Mamma Mia rapporte que, dix ans après le meurtre de Sophie Elliot, sa famille est toujours aux prises avec la douleur liée à sa perte. 

La jeune femme de 22 ans avait été assassinée par son ex-petit-copain, Clayton Weatherston, qui l'a poignardée à 216 reprises dans sa chambre. 

Le 9 janvier 2008, la jeune femme se trouvait dans sa chambre du domicile familial situé à Dunedi. Elle préparait ses bagages afin de commencer son nouvel emploi à la trésorerie de Nouvelle-Zélande, le lendemain. 

Facebook

C'est à ce moment que Clayton est arrivé à l'improviste, en déclarant avoir un cadeau pour elle. 

Les deux avaient rompu six mois auparavant. Clayton Weatherston était un professeur d'économie à l'Université d'Otago, où Sophie avait été l'une de ses élèves. 

Peu après l'arrivée de Clayton, la mère de Sophie, Lesley, a entendu sa fille hurler. En se rendant à sa chambre, elle a aperçu Clayton poignarder violemment Sophie. 

Le rapport d'autopsie conclut que, même après la mort de la victime, son bourreau aurait continué à la poignardé. 

Clayton Weatherston a plaidé la défense de provocation, arguant au jury que Sophie l'avait maltraité et qu'elle l'avait attaqué avec des ciseaux pendant qu'elle faisait ses bagages. 

Une version que n'a pas crue le jury, qui a déclaré Clayton coupable de meurtre, pour lequel il a été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération avant 18 ans. 

"Bizarrement, je pense que chaque [anniversaire] est plus difficile", a récemment déclaré la mère de Sophie au Weekend Herald.

Lesley, qui a été témoin du meurtre de sa fille, a confié être hantée par ce souvenir depuis 10 ans.  «Le lendemain de la mort de Sophie, je suis allée voir mon médecin généraliste et lui ai dit:" Donne-moi ce qu'il faut pour rester debout durant la journée et dormir durant la nuit, parce que je ne survivrai pas " ». 

Depuis, elle et son ex-mari, Gil, ont consacré leur vie à lutter contre les actes violents. Ils ont d'ailleurs réussi à faire changer la loi, qui a supprimé la défense de provocation. 

Malgré tout, cette histoire tragique nous montre que Sophie n'est pas la seule victime et que tous ses proches le sont également. 

Partager sur Facebook
83 83 Partages

Source: Mamma Mia · Crédit Photo: Facebook

Aimez / Commenter