Histoires : Exaspérée que son mari travaille sans arrêt, une femme se vide le coeur sur Facebook

Exaspérée que son mari travaille sans arrêt, une femme se vide le coeur sur Facebook

Après une longue journée de travail et s'être occupée des enfants, ​Katie​ était exaspérée.

Publié le par Ultra Mignon dans Histoires
Partager sur Facebook
67 67 Partages

Après une longue journée de travail et s'être occupée des enfants, Katie Spence Pugh était exaspérée. Son mari, Eugene, était encore en train de travailler. 

Peu de temps après, elle a décidé de publier un message pour se vider le coeur. 

«J'ai pris cette photo l'autre soir à la fin d'une longue journée. J'étais épuisée. J'étais fâchée. J'avais envoyé un message texte à mon mari que je savais que ça ne ferait aucune différence, mais que je voulais qu'il sache que j'en avais assez qu'il travaille tout le temps et qu'il me laisse tout faire seule. Mon emploi à temps plein, la préparation des repas, m'occuper des enfants, les voyages sans lui le week-end, le ménage, j'en avais assez. J'avais des crises comme ça chaque fois que c'était le temps de planter ou de récolter. Puis, quelque chose est arrivé.»

Pour Eugene, c'était le moment le plus occupé de l'année. Il n'avait pas vraiment le choix de faire toutes ces heures, pour sa famille et pour assurer la survie de son entreprise. Il n'était pas fâché de lire le message texte de sa femme. Il s'est assis silencieusement à la table pour manger. 

«Il est rentré, il a regardé son assiette et il s'est assis pour manger seul. Il était fatigué. Il avait chaud. Il était exténué. Plutôt que de se plaindre, il s'est excusé. Charlotte est allée le rejoindre pour parler avec lui et elle a même mangé son repas. Il ne s'est pas plaint. Et c'est là que j'ai réalisé quelque chose d'important. 

Est-ce que je souhaitais le voir plus qu'une heure par jour? Oui. Mais l'amour de son métier était enviable. Les fermiers travaillent sans jamais recevoir de remerciements. On leur demande "Est-ce sans OGM?" ou "Est-ce vraiment biologique?" et c'est sans parler du stress occasionné par Mère Nature. 

Cet homme travaille pour garder en vie une entreprise familiale qui en est maintenant à sa 4e génération de sang, de sueur et de larmes. Une entreprise qui montre aux enfants la valeur du travail et de la discipline. Je me sentais fâchée alors que j'aurais dû être reconnaissante.  

Je me suis assise pour le repas et j'ai entendu toutes les histoires des enfants. Je leur ai donné le bain en les entendant rire. Je leur ai fait des câlins et j'ai pu me coller contre eux pendant trois heures. C'est lui qui sacrifie tout, pas moi. 

Nous devons apprendre à apprécier chaque instant avec lui. Et vous, la prochaine fois que vous porterez un chandail de cotton confortable ou que vous mangerez un repas comprenant des produits frais, pensez à remercier un fermier. Où serions-nous sans eux?»

Partager sur Facebook
67 67 Partages

Source: Love What Matters · Crédit Photo: Love What Matters

Aimez / Commenter