Histoires : Ils l’avaient prévenu de ne pas épouser cette jeune femme. À sa mort, on voit qu’il avait tout prévu.

Ils l’avaient prévenu de ne pas épouser cette jeune femme. À sa mort, on voit qu’il avait tout prévu.

Bien fait!

Publié le par Ultra Mignon dans Histoires
Partager sur Facebook
2,945 2.9k Partages

Marcel Amphoux, un français de 68 ans, vivait une vie bien ordinaire et humble : peu d’histoires, pas d’eau courante ou d’électricité dans sa maison.

Avec un tel style de vie, il a accumulé une fortune au fil des ans et a aussi hérité de ses parents beaucoup de terres dans les Alpes, près de Puy-Saint-Pierre. Celles-ci étant situées entre des lieux prisés de villégiature, leur valeur a augmenté de plusieurs millions d’euros en quelques années.

Cette richesse ne lui est toutefois pas montée à la tête. Afin de la partager, il a construit des maisons pour ses proches et ne leur demandait aucun loyer. Il ne s’intéressait pas vraiment aux femmes, mais tout a changé en 2010 quand il a rencontré Sandrine Devillard, une courtière parisienne de 21 ans.

Ses proches l’avaient prévenu : ils croyaient qu’elle n’en voulait qu’à l’argent de Marcel. D’ailleurs, elle l’avait tout d’abord rencontré pour acheter quelques terres. Essuyant un refus, elle l’invita alors à dîner.

Bien sûr, le couple faisait jaser. Sandrine était élégante, classe et distinguée, tandis que Marcel était un vieil homme un peu bourru avec de vieux vêtements.

Mais Marcel ne se souciait pas des rumeurs sur leur couple.

Ils se sont mariés dans les Hautes-Alpes.

Ces rumeurs blessaient beaucoup Sandrine, mais les doutes quant à son honnêteté ne cessèrent pas de monter suite à leur mariage. La jeune femme vivait à Paris, Marcel, lui, continuait de vivre dans les Alpes et ils se voyaient rarement.

Un an après leurs noces, Marcel est décédé tragiquement dans un accident de voiture, dans lequel se trouvait deux amis de Sandrine qui, eux, ont survécu. Les ragots voulaient que Sandrine soit impliquée et qu’elle avait même organisé l’accident.

Aux funérailles, bien sûr, elle était endeuillée, mais elle n’a pas tardé à vouloir évincer les proches de Marcel de leurs maisons. Toutefois, personne ne s’attendait à voir émerger un testament manuscrit.

Avant sa mort, Marcel avait distribué tous ses biens. Les maisons ont été données en héritage aux habitants du village et son argent ainsi que ses biens étaient destinés à ses proches.

Quant à Sandrine, elle n’avait rien. Elle a prétendu que le testament était faux et a emmené l’affaire devant le tribunal. Quatre ans plus tard, le verdict est rendu : le testament est valide.

Rira bien qui rira le dernier.

Partager sur Facebook
2,945 2.9k Partages

Source: Incroyable.co · Crédit Photo: Facebook

Aimez / Commenter