Histoires : Quand son assureur refuse de couvrir une opération qui lui sauverait la vie, une femme écrit au PDG sa façon de penser
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

Quand son assureur refuse de couvrir une opération qui lui sauverait la vie, une femme écrit au PDG sa façon de penser

Les assureurs refusaient catégoriquement de payer pour sa vie.

Publié le par Ultra Mignon dans Histoires
Partager sur Facebook
135 135 Partages

Une femme de 38 ans, mère d'une fillette, a presque vu sa vie s'envoler après avoir été atteinte d'un cancer du colon qui s'était étendu sur son foie. 

Erika Zak a donc dû subir de nombreux traitements, et une ablation du foie qui a mal tourné. Pour survivre, elle devait donc obtenir une greffe. 

Après 19 hospitalisations et 12 mois d'infections, la jeune femme a finalement pu apprendre qu'un don était disponible. 

Malheureusement pour Erika, les choses n'allaient pas être aussi simples. Son assureur, UnitedHealthcare, refusait de couvrir l'opération sous prétexte qu'il ne s'agissait pas d'un « traitement prometteur ». La jeune femme a appelé de la décision, qui a encore été rejetée.

Erika sentait que ses chances de survie s'amincissaient. Elle a donc décidé d'écrire une lettre à sa fille, au cas où elle mourrait. 

« Chère Loïe, Si tu lis ceci, c'est que je ne suis probablement plus sur Terre. Alors rappelle-toi: Je suis toujours avec toi, même si tu ne peux plus voir mon visage ou sentir mes mains dans tes cheveux. Je suis avec toi quand tu regardes le ciel et que tu vois des oiseaux voler, ou des étoiles briller. Je suis avec toi quand tu sens une brise chaude caresser ton visage », était-il écrit. 

Mais ce n'était pas tout. Erika n'allait pas laisser tomber, même si elle avait le coeur brisé. Outrée de la décision de son assureur, Erika a écrit une lettre de quatre pages au PDG de l'entreprise, David Wichmann,  lui laissant entrevoir sa version des faits, et ce qu'elle pensait du processus d'assurances ultra rigide qui croyait que sa vie ne valait pas la peine d'être sauvée. 

« Étant donné que ma vie est en jeu sur la base de cet examen, il est inadmissible qu'elle n'ait pas été entreprise avec le niveau de compétence et de professionnalisme que l'on peut attendre de votre entreprise. La gestion de mon cas a été entachée par des retards inutiles, des réponses incomplètes, une planification inepte, des déclarations contradictoires et le pire de toutes les erreurs factuelles répétées concernant mes antécédents médicaux. Plus important encore, les décisions fondées sur des informations inexactes et l'analyse ont déjà retardé mon inscription et la transplantation de deux mois. J'ai fait tout ce que je pouvais faire pour rester en vie ces quatre dernières années, gratter le jour et prier chaque nuit une occasion comme celle-ci. Maintenant, quand la promesse de ma survie à long terme est la plus grande, j'ai besoin du soutien de l'assureur plus que jamais », a-t-elle écrit avant d'envoyer sa lettre par FedEx le 11 avril dernier. 

Photo: CNN

C'est finalement le 2 mai dernier qu'Erika et sa famille ont reçu une réponse: un nouveau refus. Erika était au plus bas de faire face à une nouvelle décision qui lui coûterait probablement la vie. 

Finalement, cinq jours plus tard, le téléphone a retenti: la greffe allait finalement être couverte. 

« Personne ne devrait avoir à se battre et à travailler dur. Surtout quand j'ai tous ces médecins qui disent que cela me sauvera la vie », a expliqué Erika. 

Aujourd'hui, la jeune femme est officiellement sur une liste d'attente de transplantation et espère obtenir bientôt une greffe. 

On lui souhaite une guérison totale!

Partager sur Facebook
135 135 Partages

Source: Simple Most
Crédit Photo: CNN

Aimez / Commenter