Histoires : Une adolescente de 15 ans s’enlève la vie 2 ans après avoir été victime d'un viol collectif et de cyber-harcèlement. Sa mère partage sa dernière lettre

Une adolescente de 15 ans s’enlève la vie 2 ans après avoir été victime d'un viol collectif et de cyber-harcèlement. Sa mère partage sa dernière lettre

La pauvre...

Publié le par Ultra Mignon dans Histoires
Partager sur Facebook
760 760 Partages

La jeune Cassidy Trevan n’avait que 15 ans lorsqu’elle a mis fin à ses jours. Un an après cela, sa mère Linda brise le silence et révèle ses derniers mots.

Elle raconte aussi le calvaire que l’adolescente a vécu, afin d’éviter que d’autres ne souffrent comme elle a pu souffrir.

La jeune australienne s’est suicidée après deux ans de difficultés psychologiques, essayant de se remettre d’un viol collectif qu’elle a subi ainsi que de cyber-harcèlement qui a suivi, et dont elle était déjà victime.

Facebook | Linda Trevan

Auparavant, elle avait réussi à surmonter le cyber-harcèlement, jusqu’au moment où des « amies » l’ont emmenée dans une maison, où elle se fera abuser par deux garçons plus âgée.

Elle en parle à sa mère, puis à la police, mais ne porte pas plainte, craignant les représailles, qui viendront tout de même, ses agresseurs l’insultant sur le Web, imités par d’autres élèves. L’enquête se clôt, manquant de preuves. Linda et sa fille déménageront, toutefois, les séquelles sont toujours présentes et le harcèlement ne cesse pas. 22 mois plus tard, Cassidy s’enlèvera la vie.

Facebook | Linda Trevan

Linda a découvert une lettre sur l’ordinateur de sa fille et décide de la partager, un an plus tard.

« Le harcèlement a tué mon enfant. J'ai gardé le silence pendant bien trop longtemps, » écritla mère sur Facebook. « J'ai dû regarder mon bébé souffrir pendant 22 mois. Elle avait peur que vous la retrouviez et que vous vous en preniez à nouveau à elle. Elle a subi un harcèlement constant de la part de certains d'entre vous, par téléphone, sur les réseaux sociaux et autres, même après ce que vous lui avez fait. Elle a souffert de flashbacks de ce crime, de cauchemars, d'insomnies, d'angoisse, de crises de panique, de syndrome post-traumatique... Je ne suis pas une personne méchante, en colère ou vindicative mais ce que vous lui avez fait... J'espère que vous ne vous pardonnerez jamais et que vous n'oublierez jamais le nom de Cassidy Trevan. Vous aurez du sang sur les mains tant que vous vivrez. »

Facebook | Linda Trevan

Voici la lettre de Cassidy…

« Mon but est d'avertir les élèves, et les parents aussi, de ce qui m'est arrivé car j'ai peur qu'ils le fassent subir à d'autres. Vous avez le pouvoir d'arrêter ça. Je vous rappelle que ceux qui m'ont fait ça était des élèves de l'école, c'est difficile à croire, mais c'est vrai. Je ne fais pas ça pour me venger de ceux qui m'ont violée, de ceux qui ont organisé ce viol, de ceux qui se sont moqués de moi au sujet de ce viol et m'ont harcelée, ni pour attirer l'attention sur moi. Je le fais car il y a actuellement 1500 élèves dans ce lycée qui doivent être avertis. Parce que le personnel scolaire n'a rien fait pour m'aider, il est de mon devoir de raconter ce que j'ai vécu, pour que vous connaissiez la vérité et pas seulement ce que vous avez pu entendre dans les couloirs. Je le fais aussi pour moi, oui, car après 1 an et demi, je voudrais qu'on me laisse enfin tranquille. Des élèves que je n'ai jamais rencontrés continuent de m'envoyer des mails pour me traiter de "salope". J'ai changé d'école, j'ai déménagé et je continue d'être harcelée. Je ne peux pas empêcher les rumeurs de se propager mais je peux au moins rétablir la vérité puisque de toute façon, on continue de parler de ce qu'il m'est arrivé. Je le fais parce que ceux qui ne sont pas au courant sont en danger. Je m'appelle Cassidy Trevan et j'ai été violée. Si quelqu'un essaye de vous faire ça, croyez-moi, cela vaut la peine de se battre. Battez-vous ! Sinon, vous le regretterez toute votre vie, comme moi. Vous pouvez y arriver. Soyez prudents, soyez avertis, soyez en sécurité. »

Ces mots, sages et puissants, sont tout autant bouleversants. Linda, elle, espère ouvrir les yeux à tous afin que personne n’aie à vivre une telle tragédie.

 

Partager sur Facebook
760 760 Partages

Source: Au féminin · Crédit Photo: Facebook | Linda Trevan

Aimez / Commenter