Histoires : Une fillette est punie pour avoir frappé un camarade. Toutefois, la réaction de sa mère surprend le directeur.

Une fillette est punie pour avoir frappé un camarade. Toutefois, la réaction de sa mère surprend le directeur.

Elle ne s'est pas laissé faire.

Publié le par Ultra Mignon dans Histoires
Partager sur Facebook
867 867 Partages

Le harcèlement est un crime bien sournois et peut toucher tous les milieux.

Le site Laowl rapporte l'histoire d'une mère originaire de la ville de Surrey, au Royaume-Uni. Un jour, elle a reçu un appel de l'école que fréquente sa fille, car cette dernière y aurait frappé un garçon. Arrivée sur les lieux, la dame apprend que c'est en réponse à une agression commise par le garçon que son enfant aurait adopté ce comportement. 

Voici ce qu'elle a publié sur le site Not Always Right. 

Téléphone:  « Je suis le professeur de votre fille. Il y a eu un incident l'impliquant. Vous devez venir à l'école ». 

Mère: « Est-elle malade ou blessée? Cela peut-il attendre que je termine le travail dans deux heures? »

Téléphone: Votre fille a été impliquée dans une bagarre. Nous avons tenté de vous rejoindre depuis 45 minutes. Ceci est vraiment une situation grave ». 

La dame, qui travaille comme infirmière et qui doit laisser son téléphone dans son casier durant son boulot s'est donc rendue à l'école, pour atterrir dans le bureau du directeur. Elle y voit sa fille, une autre élève, un professeur de sexe masculin, le directeur, un garçon au nez ensanglanté et ses parents.

Directeur: « Mme, c'est si gentil à vous de FINALEMENT nous rejoindre! »

Mère: « Oui, les choses sont occupées aux urgences. J'ai passé la dernière heure à faire plus de 40 points de suture à un garçon de sept ans battu par sa mère avec un objet en métal et j'ai dû discuter avec la police à ce sujet. Désolée des inconvénients. »

La mère a ensuite regardé le directeur tenter de cacher son embarras. Il lui a ensuite raconté que le garçon avait joué avec le soutien-gorge de sa fille, qui lui a assené deux coups de poing au visage. La dame avait l'impression que le directeur était plus fâché contre sa fille que contre le garçon. 

Mère: « Oh. Et vous voulez savoir si je vais intenter des poursuites contre lui pour avoir agressé sexuellement ma fille ou contre l'école, qui l'a autorisé à le faire? »

Tout le personnel scolaire s'est mis à devenir nerveux quand la dame a mentionné les mots "agression sexuelle".

Le professeur: « Je ne crois pas qu'il était sérieux. »

Directeur: « Ne sur-réagissons pas. Je crois que vous n'avez pas compris de quoi il s'agit. »

La mère du jeune garçon se met ensuite à pleurer et la mère se tourne vers sa fille pour lui demander sa version des faits. 

Fille: « Il n'arrêtait pas de défaire mon soutien-gorge. Je lui ai dit d'arrêter, mais il continuait. Alors, je l'ai dit au professeur, qui m'a répondu de l'ignorer. Il a ensuite continué à défaire mon soutien-gorge alors je l'ai frappé. Il a enfin arrêté. »

La mère s'est ensuite retournée vers le professeur.

Mère: « Pourquoi le laissiez-vous faire ça? Pourquoi ne l'avez-vous pas arrêté? Venez ici et laissez-moi toucher le devant de votre pantalon ». 

Professeur: « Quoi? Non! ». 

Mère: « Cela vous semble inapproprié? Pourquoi n'allez vous donc pas tirer les bretelles du soutien-gorge de (nom d'une professeure) maintenant. Voyez à quel point elle va trouver cela amusant. Ou encore, faites-le sur le mère de ce garçon, ou la mienne. Juste parce que ce sont des enfants, vous croyez que c'est amusant? »

Directeur: « Mme, avec tout mon respect, votre fille a battu un autre enfant. »

Mère: « Non. Elle s'est défendue contre une agression sexuelle commise par un garçon. Regardez-les. Il mesure six pieds et elle, un de moins. Il est deux fois plus lourd qu'elle. Combien de fois aurait-elle dû le laisser la toucher? Si une personne supposée lui venir en aide et protéger les étudiants dans la classe est resté indifférent, qu'aurait dû faire ma fille? Il a tiré si fort sur son soutien-gorge qu'il l'a complètement défait ». 

La mère du garçon continue de pleurer et son père a l'air a la fois furieux et embarrassé. Le professeurs n'ose pas la regarder dans les yeux. La mère se tourne donc vers le directeur. 

Mère: « Je la ramène à la maison. Je crois que le garçon a eu sa leçon. Et j'espère que plus rien de ce genre n'arrivera jamais. Pas seulement à ma fille, mais à aucune autre qui fréquente cette école. Vous n'auriez pas laissé faire ce garçon sur un membre du personnel, alors le fait de le tolérer chez une adolescente me dépasse. Je vais rapporter la situation au gouverneur de l'état. Elle se tourne vers le garçon. Et toi, si tu touche UNE FOIS DE PLUS ma fille, je vais te faire arrêter pour agression sexuelle. Me suis-je bien fait comprendre? »

La mère a ensuite quitté les lieux avec sa fille et a rapporté la situation aux autorités concernées, qui lui ont assuré qu'ils prendraient la situation en charge. L'adolescente a ensuite été changée de classe, loin du professeur négligent et du jeune garçon. 

On peut dire que le message de la mère a été clair!

Partager sur Facebook
867 867 Partages

Source: Not Always Right
Crédit Photo: Courtoisie

Aimez / Commenter