Histoires : Une maman écrit une lettre aux infirmières prenant soin de sa fille cancéreuse, impossible de ne pas larmoyer à ses mots.

Une maman écrit une lettre aux infirmières prenant soin de sa fille cancéreuse, impossible de ne pas larmoyer à ses mots.

Si vrai et touchant...

Publié le par Ultra Mignon dans Histoires
Partager sur Facebook
242 242 Partages

Shelby Skiles a rencontré entre 200 et 250 infirmiers et infirmières pendant les 4 mois de bataille contre le cancer de sa fille.

Sophie, 2 ans, s’est vu diagnostiquer un lymphome cutané à cellules T le 18 mai dernier, alors qu’elle avait cessé de respirer à la maison et emmenée de toute urgence au centre médical pour enfants de Dallas. C’est là que les médecins ont découvert une tumeur de la taille d’une balle de balle-molle dans sa poitrine. Depuis, les séjours hospitaliers sont légion.

Pendant cette période, Shelby a été touchée par le travail du personnel médical qu’elle a côtoyé, que ce soit aux urgences, à la radiologie ou en clinique de chimiothérapie. Afin de leur montrer son appréciation, la maman a écrit un hommage poignant sur Facebook qui est devenu viral.

[

« Chers infirmiers et infirmières.

Je vous vois. Je m’assoie sur ce fauteuil toute la journée et je vous vois. Vous tentez de passer inaperçus à mes yeux et ceux de mon enfant. Je vois votre visage se baisser quand elle vous voit et pleure. Vous tentez de dissiper ses peurs et y arrivez. Je vous voir hésiter à la piquer ou à retirer ses pansements. Vous dites « désolé » plus de fois dans une journée que les gens disent « merci. »

Je vois ces bracelets en caoutchouc à vos bras et autour de votre stéthoscope, un pour chaque enfant que vous avez aimé et pris soin. Je vous vois transporter des médicaments et des fournitures dans la chambre d’un enfant alors que votre téléphone sonne dans votre poche. Je vous vois mettre des gants et un masque et tenter de ne pas faire trop de bruit la nuit. Je vous vois trier des tas de perles pour les donner à vos patients pour continuer ce bracelet d’accomplissement. Je vous vois caresser sa petite tête chauve et l’emmitoufler dans une couverture. Je vous voir prendre dans vos bras cette mère qui a reçu de mauvaises nouvelles. Je vous vois travailler à l’ordinateur tout en tenant dans vos bras ce bébé dont la mère ne peut être à l’hôpital avec lui.

Vous mettez de côté 12 heures de votre vie par jour pour prendre soin d’enfants très malades et parfois mourants. Vous entrez dans chaque chambre avec le sourire, peu importe ce qui s’y passe. Vous voyez le nom de Sophie sur l’horaire et venez nous voir, même si elle n’est pas votre patiente. Vous appelez le médecin, la banque de sang et la pharmacie aussi souvent que nécessaire pour obtenir ce qu’il faut à mon enfant. Vous veillez sur moi aussi souvent que vous veillez sur elle. Vous vous assoyez et m’écoutez exprimer mes émotions pendant 10 minutes, même si votre téléphone vibre et que votre liste de choses à faire fait un kilomètre.

Je vous vois prendre votre téléphone pour dessiner le parfait personnage de dessin animé sur la fenêtre de l’enfant qui vient d’arriver. Je vous vois encourager l’enfant qui court autour de votre station. Je vous vois avec ce fusil Nerf et jouer avec cet enfant. Je vous vois tenir des petites mains, changer des draps, expliquer le jargon médical aux parents et essuyez vos yeux quand vous sortez d’une chambre où la situation est difficile. Je vous vois mettre des gants, des masques et un sarrau, puis prendre une pause avant d’installer un sac de poison de chimiothérapie au soluté de mon enfant.

Je vous vois. Je vous vois tous. Il n’y aura jamais assez de paniers de fruits ou de cartes pour vous dire combien vous êtes appréciés. Vous êtes des sauveurs pour nous tous les jours. Nos enfants n’auraient pas ce dont ils ont besoin sans vous. Nous perdrions l’esprit sans vous. Vous sauvez nos bébés et nous ne pourrions le faire sans vous.

Avec amour,

Une mère qui voit tout ce que vous faites et vous aime énormément pour cela. »

Partager sur Facebook
242 242 Partages

Source: Huffington Post · Crédit Photo: Sophie the brave

Aimez / Commenter