Histoires : Une mère éplorée livre un bouleversant message concernant la mort de son fils

Une mère éplorée livre un bouleversant message concernant la mort de son fils

Un message rempli d'émotions

Publié le par Ultra Mignon dans Histoires
Partager sur Facebook
132 132 Partages

Il n'y a rien de plus triste que la perte d'un enfant. Le Montreal Gazette a publié un vibrant message de l'une de ces mères éplorées par la mort de son fils.  

Le jeune homme, du nom de Shane Weigensberg, est décédé tragiquement le 18 mai dernier, à l'âge de 26 ans. Une enquête policière est toujours en cours. Un témoin du drame a toutefois déclaré que Shane avait accéléré avec sa moto sur le boulevard Saint-Jean, dans l'ouest de la ville de Montréal. Il aurait brûlé un feu rouge avant de percuter un camion. 

« Pour tous les jeunes, invincibles ici et partout, vous pouvez fumer trop d'herbe, vous pouvez boire trop de bières, vous pouvez conduire trop vite et alors que la vie gagne. Vous n'avez pas d'avenir. Vous n'avez pas d'enfants à regarder grandir. Vous ne pouvez pas aimer la famille qui vous a amené dans ce monde et vous a nourri. Réfléchissez avant d'agir et agissez avant de choisir. Ne faites pas cela à votre famille, vos amis ou à vous-même. Vivre à toute puissance peut avoir des conséquences », a déclaré la mère du défunt, Elayne, aux funérailles. 

« J'avais besoin d'être sa voix. J'avais besoin de le transformer, de raconter son histoire sans l'enduire de sucre , a déclaré au Montreal Gazette Elayne à propos de son discours. Je parlais clairement et bruyamment parce qu'il avait besoin d'être entendu. »

Le 17 mai, Shane venait de rentrer à la maison familiale après une journée de travail. Il s'était changé pour aller s'entraîner au gymnase. 

« Il m'a appelée à minuit pour dire qu'il serait à la maison à 1 heure du matin. Il était heureux. L'appel a duré 43 secondes », s'est souvenue Elayne.

Mais ce n'est pas leur fils qui les a réveillés, cette nuit-là. Vers 4h00 le matin, Elayne et son mari ont reçu un appel de la police leur demandant de venir illico à l'hôpital général du Lakeshore. 

Là-bas, on leur a dit que leur fils était décédé. 

« La première chose que j'ai remarquée était de savoir comment il était encore. Il y avait beaucoup d'ecchymoses, mais ses dents étaient bien. Nous avons été autorisés à passer cinq heures et demie avec lui. Nous avons pu tenir sa main pour la garder au chaud et le toucher et l'embrasser », a expliqué Elayne. 

Voici ensuite ce qu'elle a dit à ses funérailles: « J'ai le courage de rester ici aujourd'hui parce que je suis mère. Je suis son défenseur le plus fidèle et le serai toujours. Il est impatient, un petit garçon excité, libre d'esprit, débrouillard et qualifié. Il est généreux de sa personne et de son temps.

Shane était un bébé actif et fort. Ses frères et sœurs lui ont appris à sortir de sa crèche quand il avait six mois et demi, alors il grimpait et rampait pour voir maman et papa. La famille l'a appelé Shaney, un surnom qui colle à ce jour. Quand il a été diagnostiqué avec le TDAH en étant encore enfant, sa mère est devenue son avocat de l'éducation, l'inscrivant finalement à la petite école privée Education Plus qui lui a permis de passer ses examens provinciaux d'école secondaire. Il s'est inscrit au West Island Career Centre, est devenu mécanicien et a travaillé avec son frère au garage de son père, CJ Auto, à  Ville St-Laurent. Il aimait conduire et courait souvent dans des environnements contrôlés », a-t-elle déclaré.

« Si je ne lui avais pas permis d'avoir une moto, il en aurait acheté une et l'aurait gardée ailleurs. Aurais-je fait quelque chose différemment? Je pense que je lui aurais montré à quoi ressemblait un cadavre - à quoi ressemblait une famille en deuil. Je lui aurais demandé s'il voulait être mort », a-t-elle expliqué. 

Elayne adorait son fils. Elle tient toutefois à sensibiliser la population aux dangers de la vitesse. Elle a publié sur sa page Facebook des images de la moto en pièces et un casque ensanglanté. 

 

« Les gens ont besoin d'entendre et de voir (les conséquences), a-t-elle dit. Mais la mémoire s'estompe, donc je dois trouver un moyen de garder le message vivant. Peut-être que je vais aborder les écoles - pour partager l'histoire de Shane. »

Partager sur Facebook
132 132 Partages

Source: Montreal Gazette · Crédit Photo: Courtoisie

Aimez / Commenter